Avishai Cohen Trio "Gently Disturbed" 10th Anniversary

1re partie : Thibault Gomez Quintet

vendredi 31 août 20h00

Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Placement assis numéroté
Plein tarif : 45€ : 35€ / 25€ / Tarif réduit : 40€ / 30€ / 20€*

*Réservation uniquement par téléphone et aux guichets de la Cité de la musique et de la Folie Information-Billetterie.

Dix ans après la parution de Gently Disturbed, le contrebassiste israélien renoue avec les deux complices qui formait le trio avec lequel il mit le feu aux poudres : le pianiste Shai Maestro et le batteur Mark Guiliana.
À l’époque, il ne jurait que par eux, et la suite lui a donné raison : Shai Maestro, 19 ans à peine, et Mark Guiliana, alors âgé de 28 ans, n’avaient encore guère fait parler d’eux lorsque Avishai Cohen décida de former un trio s’appuyant sur leur talent. Depuis, l’un s’est imposé comme l’un des pianistes les plus sensibles de sa génération ; l’autre s’est démarqué par un jeu nourri d’électro et de pop qui l’a amené à collaborer avec Brad Mehldau comme avec David Bowie. Bref, le contrebassiste avait eu du flair, et ceux qui ont assisté aux concerts de la formation en son temps n’ont pas oublié les sommets auxquels ils pouvaient s’élever les grands soirs, tant l’interaction entre eux développait l’inspiration de chacun. Vu le chemin parcouru depuis par les musiciens, ces retrouvailles décennales prennent des allures d’événement.

Première partie : THIBAULT GOMEZ QUINTET
Le pianiste et arrangeur Thibault Gomez, formé au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, présente le répertoire de son premier album, La Grande Rêveuse.
Pianiste toujours en formation au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Thibault Gomez a publié au printemps dernier son premier album, La Grande Rêveuse, en compagnie de ses camarades de classe. Un disque en quintet qui laisse entendre une intention orchestrale et polyphonique dans l’écriture. Son répertoire, marqué par les sons d’un piano préparé, alterne entre ballades langoureuses, pièces aériennes avec une véritable trame mélodique (parfois même avec une légère influence minimaliste dans l’utilisation de motifs répétitifs) et compositions plus ardues dans lesquelles la texture sonore prime sur la forme. Un enregistrement prometteur, dans l’ère du temps de la jeune production jazz française, qui laisse entrevoir un certain talent de compositeur et d’arrangeur. Un musicien à suivre et à découvrir sur scène, donc.
En collaboration avec le département Jazz et musiques improvisées du CNSMDP.