Festival Jazz à la Villette du 30 août au 11 septembre 2019

Omara Portuondo
© Johann Sauty

« Ultimo Beso », dernière tournée d’Omara Portuondo ?

Malgré la fin du célèbre Buena Vista Social Club, Omara Portuondo continue de soutenir que « rien n’arrête la musique ». Du haut de ses 88 printemps, rien ne semble non plus arrêter la chanteuse cubaine.

Omara Portuondo, 88 ans, est le dernier membre encore actif du groupe Buena Vista Social Club. Initié par Nick Gold et Ry Cooder en 1996, ce projet musical a permis de recréer un engouement mondial pour les musiques traditionnelles cubaines et les musiques latines en général. Pour Omara Portuondo, réellement remarquée par le grand public à cette occasion, ce groupe est un moyen de retranscrire en musique son amour pour le pays : « Je me sens très honorée d’apporter notre culture, notre musique au monde entier ».

C’est en 2014, à l’occasion de la tournée qui suit le réenregistrement de l’album Magia Negra, que sont pour la première fois réunis sur scène Omara Portuondo, Roberto Fonseca et Mayra Andrade.

Omara Portuondo, Mayra Andrade & Roberto Fonseca - Besame Mucho (Live Baloise session, novembre 2014)

Intitulée « Ultimo Beso » (« Dernier baiser »), la tournée actuelle d’Omara Portuondo s’annonce comme étant la dernière de sa carrière. Elle la conduit en Asie et en Europe et se termine le 30 août à Paris, avec sa prestation au festival Jazz à la Villette, pour laquelle la chanteuse cubaine s’entoure de :

Roberto Fonseca

Issu d’une famille de musiciens, ce pianiste de jazz cubain de 44 ans enregistre plusieurs albums à succès et reçoit même le prix du Cuba’s Best Jazz Album (Meilleur Album de Jazz Cubain) en 1999, avant de rejoindre à son tour le Buena Vista Social Club en 2001.

Ibrahim Ferrer, Omara Portuondo & Roberto Fonseca - « Quizas » (Live 2011 - Havana's EGREM studios)

Ses collaborations avec Omara Portuondo se poursuivent après la fin du Buena Vista Social Club et il assure aujourd’hui la direction musicale des concerts d’Ultimo Beso.

Pour cette date parisienne, épilogue et apogée annoncée de sa tournée, Omara Portuondo fait également appel à :

Mayra Andrade

À ses débuts, Mayra Andrade collabore à l’album Akokan de Roberto Fonseca, avec lequel elle est ovationnée au London Jazz festival en 2009. Mais ce n’est qu’en 2013 que la carrière de la jeune Cap-Verdienne née à la Havane prend réellement son envol avec son quatrième album Lovely Difficult, pour lequel elle reçoit une nomination aux Victoires de la musique en 2014 (catégorie « Album de musiques du monde »). Après quelques voyages en Europe et en Afrique et sa découverte de l’afrobeat, Mayra concocte un nouvel album, Manga, paru cette année.

Roberto Fonseca & Mayra Andrade - « Siete Potencias » (Akokan, 2009)

Ibeyi

D’origines vénézuéliano-cubano-tunisiennes, les sœurs jumelles Lisa-Kaindé et Naomi Diaz commencent la musique à la mort de leur père, le percussionniste Anga Díaz, ancien membre du Buena Vista Social Club. Ibeyi fait ses premiers pas sur scène en 2013, assurant notamment la première partie d’un concert de Roberto Fonseca au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris. Après un premier album à succès mêlant R’n’B, afro, hip hop et soul, le duo sort Ash en 2017, un deuxième disque plus engagé, reflet de leur maturité progressivement acquise.

Ibeyi - NPR Music Tiny Desk Concert (Live, 2018)

Après avoir exporté leur musique moderne et métissée à Cuba en 2016, c’est en France que Lisa et Naomi chantent la musique traditionnelle cubaine qui a bercé une partie de leur enfance à la Havane.

Retour aux actus