Logo Jazz à la Villette

Éditions précédentes > 2009

Yael Naim "Hommage à Joni Mitchell"

1re partie : Ornette


Ornette

Ornette, c’est Bettina Kee, une pianiste du label Chief Inspector, pour qui elle a enregistré un premier album de son trio Mop où l’influence de Paul Bley, père putatif d’Ornette Coleman, n’était pas loin, avant de passer à la version amplifiée pour Pop sous le nom Electric Mop. C’est sur la route, en accompagnant aux claviers Micky Green et actuellement Arthur H, qu’elle développe son projet solo. Des chansons aux couleurs pop entêtantes, qu’elle a créées seule sur scène, dans le plus simple appareil claviers-voix. Une femme seule, telle la Lonely Woman d’Ornette Coleman. C’est donc tout logiquement qu’elle propose ce projet sous le nom d’Ornette.

Yael Naim "Hommage à Joni Mitchell"

Après avoir patienté dans les coulisses de la gloire, accouchant d’un premier disque sans succès puis chantant dans les comédies musicales mises en scène par Elie Chouraqui, Yael Naim s’est imposée à l’automne 2007 avec "Yael Naim & David Donatien", un album qui célébrait trois ans de travail minutieux avec ce percussionniste. Ils y développent un folk jazz minimaliste qui sera portée par "New Soul", un titre qui les bombarde en haut des charts internationaux. Deux ans plus tard, on la retrouve telle qu’en elle-même autour de cet hommage à la Canadienne Joni Mitchell, plume majuscule et influence majeure dont elle "revisite" principalement la période pop-folk. Outre ses fidèles musiciens, Yael Naim est associée pour ce projet à trois invités venus de la sphère jazz (Eric Legnini, Stéphane Belmondo et Dré Pallemaerts), qui a beaucoup inspiré la grande dame à qui est dédiée cette soirée.

Affiche Jazz à la Villette 2009